Journal d’une grève entre-deux mouvements en Turquie et en France

Ce journal part sur les traces d’un mouvement de mobilisation et de grève d’ouvriers de Turquie travaillant dans la confection en 1980 dans le Sentier. Cette grève pour les papiers et le travail rassemble à la fois des syndicalistes CFDT, des membres d’organisations révolutionnaires et des ouvriers de Turquie.
Il s’agit d’écrire une histoire qui mêle des questions d’histoire sociale et d’histoire politique en s’interrogeant sur la façon dont la circulation de travailleurs entre la Turquie et la France contribue à la création d’une culture ouvrière et militante qui dépasse les frontières nationales.
Le journal porte ainsi à la fois sur les évènements du passé et sur les traces qu’il en reste au présent. Il s’agit de dessiner les circulations et les frontières des archives et des mémoires de l’événement.

Camille Fauroux est historienne. Récemment, elle a reçu le prix de l’Institut du genre (GIS) pour sa recherche doctorale sur le travail des femmes françaises en Allemagne national-socialiste entre 1940 et 1945 (Thèse en 2017 à l’EHESS, Paris).
Elle était étudiante invitée à l’Université Santa Cruz (Californie, États-Unis) et à l’Université Humboldt (Berlin, Allemagne).
Elle travaille actuellement sur un livre à partir de sa thèse, et élabore un projet de recherche portant sur une série de grèves et de manifestations organisées par des migrants de Turquie à Paris en 1980.
Ses recherches associent les thèmes du travail, des migrations, des sexualités et de la construction transnationale du genre.