Les Palestiniens de Syrie en Europe... à la périphérie des communautés

Aujourd'hui, soixante-dix ans après l'occupation de la Palestine et le déplacement de la moitié de sa population, et donc sa division, à partir de 1948, en deux communautés à l'intérieur et à l'extérieur du pays, les Palestiniens sont devenus plus dispersés, temporellement et spatialement, et les deux communautés sont devenues des communautés.

Au cours de ces 70 années, le nombre de Palestiniens est passé de 1,9 million l’année de la Nakba… à 750 000 à 12,4 millions à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine, créant ainsi des communautés diverses, et ces 70 ans ont contribué à perpétuer cette inégalité et à créer ainsi des communautés palestiniennes en exil, dans leur enfance aussi palestiniennes que les communautés locales et peut-être moins.

Chacune de ces communautés palestiniennes possède des éléments qui peuvent être distingués les uns des autres, ce qui les distingue de ce que l’on peut appeler la société palestinienne en général, c’est essentiellement une désignation hypothétique, qui a disparu depuis la Nakba et qui a été remplacée par le "peuple palestinien" - et à l'extérieur, dans les villes et les villages, dans les camps et dans la diaspora, le peuple palestinien était plus politique que social, ou était le seul signe des Palestiniens en général, en tant que propriétaires d’une cause qui en faisait un peuple et, dans des sociétés différentes, intermélées avec d’autres sociétés pouvant prendre le nom de « société ».

En Palestine, il y a la terre occupée du pays de 1948 et la terre occupée de 1967, pour la première les villes et les villages du nord, du centre et du sud. Pour la suivante, il y a les villes, les camps et les villages de la rive ouest et de Gaza. Avant tout pour les deux, il y a les camps du Liban, de la Syrie et de la Jordanie, ainsi que les habitants des villes de ces pays. À la fin la distinction s'étend au monde entier, du Chili, où les Palestiniens ont des générations, l’Australie, le Canada et au reste du monde, y compris les régions les plus proches des pays où se trouvent les camps, tels que les États du Golfe et l’Afrique du Nord, mais la diaspora se trouve maintenant en Europe, qui a accueilli des milliers de Palestiniens ces dernières années en provenance des camps de Syrie.

Depuis 70 ans, on dit qu'il n'y a pas de société palestinienne, mais des communautés palestiniennes qui constituent le peuple palestinien, et une grande partie de ces communautés palestiniennes sont des communautés parallèles dans leurs pays de résidence, par exemple les Palestiniens de Syrie sont une composante du peuple palestinien. Ils sont une société palestinienne avec ses propres caractéristiques, ils sont également des composantes de la société syrienne, et cela est également le cas partout où des Palestiniens sont présents, qu’ils soient individuels ou collectifs.

Cela nous conduit à une nouvelle scission dans la composition du peuple palestinien, accompagnée de l'exode syrien de Syrie, qui a pour résultat un exode palestinien de Syrie : le principal camp de ce pays, Yarmouk, abandonne toute la population et colonise le pays. Aujourd'hui en Europe, des milliers de familles et d'individus palestiniens de tous les camps et villes du pays sont déplacés dans le monde entier, y compris au Liban et en Turquie, mais principalement en Europe occidentale, Allemagne, Pays-Bas, France, Suisse, Autriche et Suède dans le nord de l'Europe. Complexité et intensité.

Il est également impossible de dire que le peuple palestinien, avec toutes ses sociétés, partage les mêmes préoccupations quotidiennes, sociales et économiques. En Europe, ils sont moins impliqués. Il s’agit d’un vaste continent et le discours de l’Europe en tant qu’une seule entité ne devrait pas faire référence à une société palestinienne. En France comme en Suède. Sur ce continent particulier, en termes d’expansion géographique, culturelle et politique, où la présence syro-palestinienne, c'est-à-dire, les Palestiniens de Syrie, est une présence d'individus et de familles, sa présence reste moins qu'un élément essentiel de ce que l'on peut appeler les Palestiniens d'Europe.

Ceux qui viennent des camps en Syrie ont été distribués contre leur gré dans les pays du continent et ses villes et villages distants. Par exemple le camp de Homs est réparti sur plusieurs régions des Pays-Bas et d'Allemagne, ainsi que dans le reste des camps en Syrie et dans le reste de l'Europe. Le retour forcé de ces personnes, l'état d'asile et ses répercussions ne leur permettront pas de se réconcilier avec les communautés locales, y compris la communauté palestinienne, présentes en Europe depuis la crise syrienne. Qui, souvent, peuvent créer un foyer et travailler pour eux…

La présence des Palestiniens de Syrie, en Europe, a ajouté à la présence palestinienne antérieure sur ce continent des complexités et une confusion à ce que peut être la présence palestinienne en général, ce qui peut être dit, ce sont les Palestiniens d’Europe et ce sont leurs préoccupations. À des places qu’ils n’ont pas choisies, ils ont laissé des déplacés originaires de Syrie, fascinés par l’Europe, au niveau de la petite famille, par ce grand continent.

Les traumatismes vécus par ces Palestiniens en Syrie les ont empêchés de s'intégrer dans les anciennes communautés palestiniennes de ces pays et, bien entendu, dans les communautés locales de ces pays. Les Syriens et Palestiniens Syriens, pour les mêmes raisons qui les ont amenés en Europe, les situations de l’urgence issues de l’actualité de régions proches les unes des autres, très loin en Europe, sont proches les uns des autres, en partagent aussi les effets d’étrangéisation et de vulnérabilité.

Cela fait des Palestiniens de Syrie en Europe une partie de la société syrienne de ce pays et non de la société palestinienne, comme en témoignent les activités, les sit-in et les manifestations organisés en Europe sur les questions palestiniennes et syriennes. Ces activités sont spécifiques à la Syrie, avec les événements syriens actuels, avec une interruption presque complète de l’arrivée des Palestiniens en Europe en provenance d'autres régions et à d'autres moments avant la crise syrienne. Les Palestiniens qui ne viennent pas de Syrie ne sont pas présents à ces activités, qui concernent la question syrienne, ce qui creuse le fossé qui sépare les Palestiniens de Syrie d’une part et le reste des Palestiniens d’autre part, en Europe, et les limite aux Syriens d’Europe, en regard de la révolution, des événements en Syrie et des interactions avec eux sur les places européennes. Tout cela contribue, en retour, à intégrer les individus et les familles palestiniens originaires de Syrie à la société syrienne en Europe (appelons cela de la transgression) et à être nouvellement formés, plutôt qu’à faire partie de la société palestinienne, mais c’est aussi la question.

Le sentiment d'appartenir à une société palestinienne particulière, pour les nouveaux arrivants palestiniens de Syrie, au cours des sept dernières années, en Europe, est ici, sur ce continent, le sentiment que le camp s’est étendu, d’une société palestinienne avec sa partie syrienne, créé tant en regard de la société palestinienne que syrienne, avec les relations, les idées et les sentiments naturels des deux côtés.

Le sentiment d'appartenance au peuple palestinien vient en premier lieu dans le prolongement d'un sentiment antérieur qui s’avère être un nationalisme romantique, avec une aliénation temporaire remplie d'une identification avec le reste des Syriens déplacés de leur pays et provoqué par l'isolement du reste des Palestiniens vis-à-vis des nouveaux arrivants de Syrie, qui commence avec l’indifférence à la participation aux activités et sit-in directement liés au déplacement de ceux-ci de leurs camps et se termine par un soutien direct à la cause du déplacement et de la destruction des maisons.

La question palestinienne ne se limite pas aux terres occupées en 1967, bien que les événements y éclatent d’année en année plus que dans d'autres régions de la Palestine telles que les terres occupées en 1948. La question palestinienne est là où sont les Palestiniens ou où les Palestiniens ont construit leurs maisons. Ce sont les camps situés à l’extérieur du pays, ainsi que les villes et les villages situés à l’intérieur du pays, ce qui signifie que la question palestinienne est la question de l'être palestinien et non la question de la Palestine. Cela nous amène à dire qu’il n’y a pas de question palestinienne commune en Europe. Il y a des sous-questions qui ensemble forment la question palestinienne en général. Le déséquilibre, c’est qu’elles sont réunies. Elles sont plus hypothétiques que réelles, comme on peut le voir sur les places européennes. Il n’y a pas de Palestiniens ni de question palestinienne en Europe. Les Palestiniens d’Europe, tout simplement parce qu’il n’existe pas de « Palestiniens d’Europe », sont des groupes sporadiques qui, ensemble, constituent, de force et théoriquement, ce que l’on peut appeler les « Palestiniens d’Europe ».

Aujourd'hui, tous se consacrent à célébrer le 70e anniversaire du début de la catastrophe, l’occupation de leur pays et le déplacement de leurs ancêtres, réunis à des places lointaines dans des sociétés asymétriques, non par la préoccupation d'une société commune mais par les préoccupations des mêmes gens partout dans le monde.

La séparation des membres de ce peuple et leurs rassemblements dans le temps et l'espace jusqu’à ce qu’ils deviennent un, est ce que ces lignes tentent d'interroger (par Emile Habibi). Il semble que les Palestiniens d'Europe - pour les nommer ainsi - se dirigent vers l'harmonie entre eux, en tant que Palestiniens, et il ne semble pas qu'une société palestinienne européenne se soit formée, y compris des Palestiniens de Syrie.

Après soixante-dix ans, les Palestiniens qui sont arrivés au fil des ans sur ce continent et y restent, sont toujours des individus ou de petits groupes. Ce qui peut les relier est ce qui peut relier n’importe lequel d’entre eux et toute solidarité avec la cause palestinienne, qui sont des raisons politiques non sociales, qui sont une superstructure et non une infrastructure, où les Palestiniens de n’importe quelle ville européenne balancent entre être un seul peuple et être des individus dans une société étrangère avec laquelle ils ne partagent aucune préoccupation pour le reste des Palestiniens, et la coopération continue avec les réfugiés syriens, camarades d'un nouvel asile.

Saleem Albeik est un auteur et journaliste culturel palestinien vivant en France. Il est spécialisé en critique cinématographique, et écrit également pour la revue culturelle palestinienne « Roumman ». Reccueils de nouvelles et poèmes : « خطايا لاجئ » (Ed. Dâr Kanaan, 2008) ; «كرز أو فاكهة حمراء للتشيزكيك » (Prix al-Qattân de Ramallah, Ed. Dâr al-Ahliyya, 2011) ; « ليس عليكِ سوى الماء» (Ed. Dâr Râya, 2011). Il publie ses écrits en ligne à : https://saleemalbeik.wordpress.com.