Luttes migrantes

Houssam El Assimi lors de cette intervention propose de confronter les récits de séquences de luttes migrantes récentes, et les vocabulaires employés selon qu'ils émanent de celles et ceux qui luttent ou bien de celles et ceux inscrits dans les structures sociales, politiques, économiques etc. auxquelles ils et elles se confrontent, la tendance aux discours militants à reproduire les langages de racialisation et d'altérisation employés dans les médias, les administrations, etc., celle des discours académiques à effacer les enjeux mêmes de ces luttes, et de la nécessité de produire des contre-récits.
La traduction, l'auto-organisation, la désobéissance ont été des formes conductrices parmi plusieurs expériences du collectif "La Chapelle Debout !" telles que les occupations du Lycée Jean Carré en 2015 et du Lycée Jean Jaurès à Paris en 2016, ou de l'Université Paris 8 à Saint-Denis en 2018, ainsi que plusieurs actions de résistance, de grève et de prise de parole, à l'intérieur des camps de rétention ou lors d'expulsions dans les aéroports.

L’intervention avait lieu au cours d’un atelier intitulé « Analyse institutionnelle et socio-analyse des groupes » ouvert à tou·te·s.
Il était présenté ainsi : « L'analyse institutionnelle a été revendiquée par des expériences et des auteurs différents et parfois divergents - de La Borde à l'autogestion pédagogique, de Guattari à Lapassade. On partira ici de l'hypothèse, discutable et que l'on pourra discuter, que l'analyse institutionnelle peut être entendue comme ce qui arrive aux collectifs, aux groupes et aux institutions, lorsque ceux-ci entrent en analyse, de manière préméditée, assumée collectivement ou à l'occasion d'un événement inattendu. Cet échange à plusieurs voix s'interrogera en ce sens sur la portée politique de quelques notions, comme celles d'analyseur, de groupes-sujet, d'instituant et d'institué, de contre-institution, et leur pertinence pour penser et agir au présent à travers quelques situations concrètes. »

L’atelier était conduit par Naji El Khatib, Valentin Schaepelynck, Leila Elyakaabi, et Houssam El Assimi. Les interventions dont l’enregistrement a été réalisé avaient lieu après un temps d’atelier de trois heures, et qui s’est poursuivi ensuite.

Houssam El-Assimi milite au sein du collectif « La Chapelle Debout ! », créé en 2015.
Le collectif lutte pour l’égalité des droits avec les exilé.e.s, les migrant.e.s, les demandeur.euses.s d’asile, les réfugié.e.s, les sans papièr·e·s.
Le Collectif « La Chapelle Debout ! » n’est lié à aucun parti, à aucun syndicat et à aucune institution de pouvoir.