La critique de l'État-nation au regard de la critique féministe et du genre

Professeure émérite de science politique à l'Université Paris 8, Eleni Varikas compte parmi les introductrices du concept de genre en France. En l'affinant dès les années 1990 du côté de ce qu’elle nomme « conscience de genre », elle s'est attachée à en renouveler l’historiographie en insistant sur les enjeux épistémologiques des notions de conscientisation ou d’expérience vécue comme des frontières du politique.
Dans la continuité de la Théorie Critique développée par les philosophes de l'École de Francfort, son œuvre travaille les impensés de l’universalisme, de la citoyenneté, de la parité, de la distinction entre privé et public, de la subjectivité et de ses déconstructions, et dévoile ce faisant les apories de leurs lectures nationalistes.
Autrice notamment de : Les Femmes de Platon à Derrida, Anthologie Critique, Plon, 2000 ; Penser le sexe et le genre, Puf, 2006 ; Les rebuts du monde, Figures du paria, Stock, 2007 ; Pour une théorie féministe du politique, Ixe, 2017.

Sonia Dayan-Herzbrun est sociologue et philosophe.
Professeure émérite de l’Université Paris 7, directrice de la Revue Tumultes, revue interdisciplinaire sur les phénomènes politiques contemporains.
Membre notamment du RING (Réseau Interdisciplinaire National sur le Genre).
Travaux récents de sociologie politique sur la dimension des rapports de genre confrontés à la question de la citoyenneté, en particulier au Moyen-Orient.
Nombreux colloques et ouvrages, articles, et éditrice d'ouvrages collectifs, dont "Agir politique et citoyenneté des femmes au tournant des révolutions arabes", IRD Éditions, "Femmes du Liban et de la Palestine dans la lutte armée", La Découverte, "Révolutions arabes, entre le local et le global", North Africa in the process of change, L'État : Concepts et politiques (Co-dir. avec N. Murard et E. Tassin).