Défaire les genres de l'intervention

 

Cet entretien croisé se donne plusieurs prétextes : une réflexion à propos des politiques de la performance, une rencontre avec les démarches en art des protagonistes de la discussion, et la lecture d'un extrait de l'ouvrage Sorcières, assumées, pourchassées, puissantes, queer (Ana Colin, 2012), dans le texte d'Olivier Marboeuf, L'Émeutier et la sorcière qui fut repris sous forme de tracts politiques.

Les recherches de Béatrice Rettig se situent au croisement de l’art et la politique, selon leur remises en question réciproques. C’est à ce croisement qu’elle s’intéresse aux processus de la réflexion et la réalisation collective, passant par des modalités diverses avec une préférence pour celles du ‘work-in-progress’.
Cursus d’École d’art (Ensba Paris), et de philosophie (Paris 8 Saint-Denis). Résidences, interventions et workshops en Art et Média (France, Europe et à l’international). Co-fondatrice de plusieurs collectifs, festivals, et cycles de rencontres (RIPB Paris-Berlin 1997-2001, Forum Art et Politique, Ensba Paris 2002-2010, La Générale en manufacture, Paris-Pont de Sèvres 2011-2015, Inter-zones, 2015-en cours).

Olivier Marboeuf est auteur, critique, performeur et commissaire indépendant. Il est directeur de l’Espace Khiasma depuis 2004.
Son parcours s’articule autour des problématiques du rapport du texte et de la voix avec l’image fixe ou animée et plus largement autour des enjeux de la transmission.
Depuis plusieurs années, ses recherches se concentrent sur une relecture du colonialisme selon des principes de spéculation narrative qui viennent entrer en friction avec le récit historique dominant.
Très impliqué dans le cinéma d’artistes, il est également producteur associé au sein de Spectre Productions et programmateur au sein de Phantom, un département de Khiasma.

Les recherches de Sophia Djitli (*1986, vit et travaille entre Paris et Bordeaux) mettent en relation les formes de la performance et de la conférence, les formes de corporéités dans les processus de subjectivations des groupes sociaux minorisés.
Depuis son cursus en Genre, Politique et Sexualités à l’EHESS-Paris, elle a donné naissance à plusieurs groupes de travail mêlant recherches académiques et volontés d’interventions sociales.
Elle coordonne actuellement des événements curatoriaux et des projets de production et de diffusion en art en France, en Allemagne et au Chili.


Nuit blanche à Khiasma, 07/10/2017