Le balluchon sauvé de la guerre

Au moment où j'écris ces lignes, des milliers de civils (Kurdes, Arabes, Syriens, Assyriens) du nord-est de la Syrie perdent leurs maisons, leurs villes et leurs villages, les femmes y perdent leurs cuisines remplies de provisions pour l’hiver, où tout est fait de leurs mains, mortier à cornichons, boulgour, mélasse et confitures, tout est prêt, complet et placé dans des pots en verre scellés attendant l'hiver. Vous ne saviez pas que leur sort serait vain sous la poussière des chars de guerre, une guerre qui n'a jamais cessé il y a huit ans. Il y avait toujours une ombre sur la vie des gens et qui attendait le moment où le dictateur turc déciderait de commencer la bataille.

Il peut sembler à certains que cette attaque a été lancée par la Turquie et soutenue par des forces appelées l'armée nationale, pour des raisons vraisemblablement liées à la création d'une zone de sécurité pour les réfugiés syriens, mais sous ces slogans et déclarations officielles se cache un deuxième fait que les Kurdes connaissent bien, la vieille peur turque de se trouver près de leurs frontières. Le long de la frontière entre la Syrie et la Turquie, les villes et les villages sont majoritairement kurdes, où les soldats turcs peuvent voir les cordages des lavoirs, les vêtements blancs qu'ils ont lavés avec de la lessive parfumée et ont déployés en attendant que le soleil les  sèche, à la vue de l'arme du soldat à la frontière, il ne leur est pas venu que le ciel peut y jeter son lavis humide et sur les fils sur lesquels le gombo, l'ail et les aubergines étaient suspendus avec des balles et la mort.

Des milliers de personnes répandent la terre, accrochée dans les airs et dans l’espace, loin des murs qui pourraient leur tomber dessus si elles restaient chez elles. Des milliers de personnes répètent l'histoire d'une migration sans fin, une migration redoutée des pays de l'UE, où Erdoğan menace d'ouvrir la frontière pour permettre l'entrée de 3,5 millions de réfugiés de la mer Égée. La conscience européenne, effrayée par l'épouvantail des réfugiés, se tait, sans réaliser que ce qui se passe aujourd'hui, les tragédies, les massacres, les meurtres et les déplacements constituent le lendemain noir, et demain est plein de haine, de haine et de manque de pardon, qui les affectera également. Ce qui s’est passé le 11 septembre 2001 est le résultat de telles pratiques.

Dans l'une des images provenant de Serê Kanîyê / Ras al-Ain, une femme fuyant la ville avec un balluchon de soie colorée, j'ai pensé aux choses importantes qu'elle portait à l'intérieur de ce balluchon et je me suis rappelée que ma mère avait beaucoup de petits balluchons dans sa parure de mariage, certains soyeux, certains blancs, brodés avec de magnifiques peintures peintes à la main... Ma mère a laissé derrière elle lorsqu'elle s'est aussi enfuie à Kobani et à Alep, ces balluchons qui étaient liés dans ma mémoire aux choses et à la mémoire des femmes uniquement, ils étaient cachés avec de l'or, de l'encens, des perles d'agate noire héritées de leurs mères, de l'argent et les pistolets interdits de leurs maris... À l'intérieur de ces balluchons se trouvaient leurs secrets et leur vie, et cette femme sur l’image les emporte et s'enfuit à la hâte.

Peut-être que seules les femmes, lorsque la paix et la guerre seront devenues irréversibles, pourront un jour raconter toute l'histoire, l'histoire qu'elles cachent dans leur balluchons de soie, alors qu'elles fuient la mort, les tanks, les bombardements et l'anéantissement.

 

Traduction : Akila Kizzi (Réseau lectures féministes).

Widad Nabi est née à Kobanê. Aujourd’hui, elle vit et travaille à Berlin. La poètesse et auteure kurde-syrienne est diplômée de Sciences économiques à l’Université d’Alep. Son travail a été publié dans de nombreux journaux et revues et plusieurs anthologies, et en plusieurs langues notamment en anglais par Tulips Magazine, en français dans L’Amour au temps de l’insurrection et de la guerre, Paris, 2014, en allemand dans Weg sein – hier sein, Berlin, 2016 et Die Flügel meines schweren Herzens, Berlin, 2017. Livres : ظهيرة حب، ظهيرة حرب (Midi d’amour, midi de guerre), Alep, 2013 ; الموت كما لو كان خردة (La mort comme reste), Beyrouth, 2016.