L'idéologie de la Révolution des femmes

 

Pour cette intervention, réalisée en vidéoconférence via Internet depuis Qamishli dans le Rojava (Kurdistan syrien), nous avons sollicité Gulistan Sido à un point de synthèse de la situation au Rojava en introduction, et de présenter les grandes lignes de ce qui a été appelé par le mouvement des femmes kurdes l’idéologie de la révolution des femmes, puis les réseaux transnationaux créés par ce mouvement, au Rojava en Kurdistan de Syrie, et à travers les frontières et les diasporas.
L’intervention est donc structurée en trois parties : cette brève synthèse de ce que vivent celles et ceux resté·e·s au Rojava face à la reprise du conflit depuis l'automne 2019 à la frontière turco-syrienne, la présentation des quelques unes des notions principales dans lesquelles le mouvement des femmes kurdes se reconnait, depuis structuré comme un mouvement transnational dans les termes qu’il emploie actuellement, et quelques unes des organisations créées dans les dynamiques de recherche, de militance, et de défense des femmes au Rojava et au plan international.

 

En fin d'intervention sont présentées des références bibliographiques autour de la Jinéologie, l’un des développements les plus récents à l’inspiration de ce mouvement, en un champ de recherche au croisement de la sociologie, de l’histoire, des études des femmes et du genre, et de l’écologie sociale et politique.

Gulistan Sido, après un cursus de littérature française, et de traduction et d’arabisation à l’Université d’Alep, poursuit ses études à l’Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris 3) dont elle est titulaire du master de Lettres Modernes, puis amorce un second master à l’INALCO qu’elle se voit obligée d’interrompre en 2009. Elle a enseigné l’arabe et le français à partir de 2003 à Alep. Membre fondatrice de l’Institut de Littérature et Langues Kurdes « Viyan Amara » à Afrin, Vice-présidente du Comité Éducation-Rojava-Afrin, Vice-présidente de l’Université du Rojava à Qamishli où elle est aussi Responsable du Comité Académique et membre du Comité des relations internationales. Domaines de recherche : Théories de l’oralité, Littératures orales kurdes, Révolution sociale et luttes des femmes.